Les 5 conseils d’Advitam face à la perte d’un être cher

Le décès d’un proche est une expérience douloureuse. Et pourtant, à cette peine s’ajoutent une série
de démarches à effectuer, dont la préparation des obsèques ainsi que les démarches administratives
et financières. ADVITAM, plateforme de services en ligne de pompes funèbres, donne 5 conseils pour
mieux surmonter cette situation.

logo advitam pompe funèbre

1/ Connaitre les dernières volontés du défunt

Si le défunt n’a pas évoqué ses souhaits de son vivant, il l’a peut-être fait avec son notaire et pris avec
lui les dispositions nécessaires. Contacter le notaire du défunt est donc souvent la première démarche
à effectuer. Et même si c’est un sujet douloureux, il est important d’en parler avec ses proches, de son
vivant !

2/ Ne pas se précipiter

L’état de choc dans lequel on se trouve après le décès d’un proche peut entrainer confusions et prises
de décisions trop rapides. S’entourer d’un tiers de confiance, proche mais moins impliqué
émotionnellement, peut s’avérer extrêmement précieux. Il pourra vous aider à gérer les différentes
démarches et l’organisation des obsèques de façon plus rationnelle.

3/ Ne pas hésiter à comparer les devis des pompes funèbres

Il est vivement recommandé de prendre le temps de demander plusieurs devis à différentes sociétés
de pompes funèbres, et de les comparer. Certains vendeurs, intéressés sur le chiffre d’affaires qu’ils
réalisent, peuvent être sans scrupule en proposant des prestations qui ne sont pas nécessaires afin de
gonfler la facture. Citons l’exemple d’un transfert dans une chambre funéraire privée, facturé environ
800€ par les entreprises qui possèdent généralement la fameuse chambre funéraire ! Ou encore
vendre des soins de conservation alors qu’une toilette est généralement suffisante pour rendre le
défunt présentable pour un dernier hommage.

4/ Demander des aides financières et des congés payés

On en parle peu mais il existe des aides financières et des congés payés pour aider les personnes lors
d’un décès. La mutuelle du défunt peut apporter une aide financière en fonction du contrat établi. La
sécurité sociale peut également verser un capital selon l’activité professionnelle de la personne
(jusqu’à 13 660€ si fonctionnaire et décédé avant l’âge de la retraite). Il faut en discuter avec la société
de pompes funèbres qui s’occupe des funérailles. Pour les congés payés, il faut se rapprocher de son
employeur et vérifier la convention collective de l’entreprise.

5/ Se faire aider pour les démarches administratives après obsèques

A la douleur et l’épreuve du décès viennent s’ajouter un ensemble de formalités administratives qu’il
faut accomplir : résiliation des contrats EDF, téléphone, gaz, assurances, comptes bancaires…
Des entreprises telle que advitam.fr prennent en charge la gestion administrative des abonnements
du défunt. Ce qui permet de prendre plus de temps pour ses proches.

A propos d’ADVITAM | advitam.fr

Créée en 2015 par Philippe Meyralbe, la start-up AdVitam révolutionne le marché des pompes funèbres. Elle organise des
obsèques de manière simple, en toute transparence à un prix abordable dans toute l’île de France. Advitam garantit des
obsèques de qualité, incluant l’ensemble des prestations traditionnelles, grâce au savoir-faire et à l’expérience de ses
partenaires, ainsi que l’aide aux démarches administratives après obsèques.

Contacts presse / Violette Kerichard – violette@edifice-communication.com – 06 40 50 09 96
Samuel Beaupain – samuel@edifice-communication.com – 06 88 48 48 02